Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les cris de Cassandre (blog de J.F. Goux) - Page 3

  • conférence : La planche à billets

    Vendredi 1 avril 2016, 17h30

    Université Lumière Lyon 2, 18 quai Claude Bernard

    Conférence : "la planche à billets" par Jean François Goux

    La banque centrale européenne (BCE) crée-t-elle de la monnaie ?  Que penser de l'hélicoptère monétaire ?

    Entrée libre

  • Le véritable Produit intérieur brut (PIB) de la Métropole de Lyon : 64 milliards d’euros

    Dans la plupart des pays développés, le PIB est calculé au niveau national, en rythme annuel et souvent trimestriel ; il est également décliné par régions, avec une périodicité annuelle et rarement trimestrielle, sauf travaux de chercheurs (J.F. Goux, A. Sand, 2005 pour la région Rhône Alpes). En revanche, il n’existe aucune publication officielle au niveau des agglomérations (villes ou communautés urbaines ou, aujourd’hui, métropoles). Les seules données disponibles sont des enquêtes comparatives internationales ayant pour objet d’établir des classements à l’échelle planétaire ou européenne (Brookings, PwC). La méthode utilisée est toujours la même dans son principe, à savoir recalculer le PIB de l’agglomération à partir d’un indicateur disponible à la fois au niveau national ou régional et au niveau local : population, emploi, structure industrielle, valeurs ajoutées sectorielles. C’est cette dernière méthode qui donne les résultats les plus fiables.

    Les résultats les plus connus sont ceux de la « Brookings analysis of data from Oxford Economics, Moody’s Analytics, and the U.S. Census Bureau » publiés dans Global Metromonitor 2014. On y trouve la fiche de la zone urbaine de Lyon pour 2014 :

     

    Population:

    2,239,500 (173rd)

    GDP (PPP, $Million):

    $97,006 (140th)

    GDP per capita (PPP):

    $43,316 (120th)

    Employment:

    1,092,000 (168th)

     

    Deux difficultés : les chiffres sont en dollar et la zone urbaine ne correspond pas à la Métropole de Lyon dont la population estimée pour 2014 n’est que de 1 345 916 habitants. La première difficulté est simple à résoudre, il suffit de transformer les dollars en euros. Attention à ne pas utiliser le taux de change nominal de l’année considérée et à utiliser la bonne méthode à savoir la parité des pouvoirs d’achat (PPA). Le taux de change moyen selon la PPA pour 2014 est de 1,206 ; le PIB de la zone urbaine est donc de 80,429 milliards d’euros. En revanche, la deuxième difficulté est insurmontable. En effet, un des principaux enseignements de ces études sur le PIB urbains est l’absence de relation linéaire entre le PIB et la taille de la zone ; autrement dit la production est de plus en plus élevée au fur et à mesure que l’on s’approche du centre. Il est donc hors de question de corriger par la taille de la population puisque l’on ne connaît pas la forme précise de la relation. Tout ce que l’on sait, c’est qu’elle n’est pas linéaire et qu’elle est croissante à taux croissant.

    Heureusement, il existe une autre étude française, réalisée à la demande de l’association des maires de grandes villes de France (AMGVF) pour l’année 2009 et publiée en 2012[1]. Cette étude utilise les valeurs ajoutées par entreprise et secteur d’activité des différentes zones géographiques dont le PIB (égal à la somme des valeurs ajoutées) est recherché. Surtout, les auteurs vont appliquer leur méthode aux régions et ainsi en démontrer la pertinence puisqu’ils retrouvent, avec une marge d’erreur très faible, les chiffres officiels publiés par l’INSEE. Pour Lyon (COURLY à l’époque), les résultats sont les suivants :

    PIB : 54,705 milliards d’euros (42 831 €/hab), soit 30 % du PIB de la région.

    Comment passer des résultats de l’année 2009 à ceux des années ultérieures ?

    Nous allons faire l’hypothèse que la part du PIB métropolitain au sein de la région est stable, ou au moins relativement stable (comme le PIB de la région l’est également par rapport à l’ensemble de la France, par exemple). Cela veut dire que d’une année sur l’autre, la Métropole de Lyon s’enrichit au même rythme que les territoires qui l’entourent.

    Il suffit donc de connaître le PIB régional, pour en déduire le PIB métropolitain, en considérant qu’il en représente 30 %.

    D’où, à partir de nos estimations du PIB Rhône-Alpes (www.monnaie-finance.fr) :

     

    PIB Lyon Métropole 2014 : 62,811 milliards d’euros

     

    PIB Lyon Métropole 2015 : 64,100 milliards d’euros

     

    [1] Association des maires des grandes villes de France, Rôle économique des grandes villes et des grandes agglomérations, rapport final, novembre 2011.

  • La dernière évaluation du PIB de la région Auvergne Rhône Alpes

    Les prochaines élections régionales ainsi que l’émergence au 1er janvier 2016 des nouvelles régions suscitent la production de statistiques portant sur les caractéristiques économiques et sociales des nouvelles entités.

    En ce qui concerne la région Auvergne Rhône Alpes, un chiffre circule beaucoup : celui du Produit Intérieur Brut (PIB) de la région. Il a été obtenu de manière très simple, en additionnant les chiffres fournis par l’INSEE, pour l’année 2012. On obtient ainsi un montant légèrement inférieur à 240 milliards d’euros. Mais depuis, les chiffres 2013 ont été publiés, en version provisoire ; la production régionale s’élèverait alors à 241,386 milliards. On peut cependant regretter de ne pas avoir de chiffres plus récents. Nous proposons des estimations pour les deux années suivantes : 2014 et 2015.

    La meilleure méthode reste l’addition des montants évalués pour chaque région séparément, afin de diminuer l’erreur globale. Ceux pour la région Rhône Alpes sont disponibles sur www.monnaie-finance.fr ; ce sont des estimations que nous produisons pour le CESER Rhônalpin depuis plusieurs années. Aucune prévision n’existe pour la région Auvergne. Il est impossible pour des raisons de temps et de coût de reprendre la même méthodologie. Nous proposons un calcul très simple fondé sur les constatations suivantes : l’Auvergne a souffert plus que d’autres régions de la crise, mais elle semble en sortir depuis 2011 et connaît ensuite une évolution proche de celle du reste de la France et de la région Rhône Alpes. Nous retiendrons la moyenne des deux, appliquée au PIB en volume de 2013 estimé par l’INSEE, auquel s’ajoute ensuite la dérive des prix. Même calcul pour l’année suivante. Il suffit alors d’additionner les chiffres des deux anciennes régions pour obtenir le nouveau résultat (en base 2010).

     

    PIB Auvergne Rhône Alpes 2014 : 243,738 milliards d’euros

     

    PIB Auvergne Rhône Alpes 2015 : 248,750 milliards d’euros

     

    Soit 11,4 % du PIB de la France